En cours
A Venir
Billetterie
Collections en ligne
Actualités
Boutique
Restaurants et privatisation

vendredi 28 juillet

"Harmonie" au musée d'Art moderne de Collioure

La Fondation Dina Vierny – Musée Maillol s’associe au musée d’Art moderne de Collioure à l’occasion de l’exposition « Front de mer. Canet-Collioure-Banyuls 1940 », présentée du 3 juin au 8 octobre 2023. Avec le prêt exceptionnel de « Harmonie » d’Aristide Maillol, la Fondation est fière de contribuer à la présentation de ce sujet au public.

L’histoire artistique de la Côte Vermeille au musée de Collioure

Tout au long du XXe siècle, Collioure a toujours été un centre majeur pour l’histoire de l’art moderne. Paul Signac s’y rendit en 1887 et plus tard, en 1905, Henri Matisse et André Derain, lors d’un séjour qui s’avéra déterminant pour l’avènement du mouvement fauve. Les deux fondateurs de ce mouvement furent suivis par ses principaux représentants, Henri Manguin, Pierre Marquet et Charles Camoin. L’exposition « Front de mer. Canet-Collioure-Banyuls 1940 » rend hommage à ce riche passé artistique local, étendu à l’ensemble de la côte et aux villes de Céret et Banyuls, où naquit et grandit Aristide Maillol.

Affiche de l’exposition « Front de mer. Canet-Collioure-Banyuls 1940 »

Cette manifestation s’inscrit aussi dans le projet culturel du musée d’Art moderne de Collioure dont les expositions temporaires servent l’étude des multiples facettes de l’histoire artistique de la côte catalane. « Front de mer. Canet-Collioure-Banyuls 1940 » se place ainsi dans la lignée de l’exposition « Collioure, Babel des arts » en 2022 mais aussi de « Jean-Baptiste des Gachons. Rêver Picasso » en 2019-2020, laquelle avait rappelé l’importance de la couleur en tant que caractéristique artistique majeure des œuvres picturales nées à Collioure.

Inauguré en 1985 au sein de la Villa Pams, situé face à la Méditerranée, le musée de Collioure apparaît comme le lieu idéal pour la présentation de ce sujet conjuguant les qualités artistiques de cette région, nées du mariage entre la mer et le soleil, et son histoire autour de l’année 1940 qui vit la Côte Vermeille devenir un territoire de lutte et un carrefour pour des artistes aux prises avec les soubresauts de la France occupée.

« Harmonie » de retour sur la côte catalane

Autour de cette année 1940, Aristide Maillol ne fit pas exception et connut également les conséquences de la guerre. Dès septembre 1939, l’artiste se retira à Banyuls où il demeura durant toute l’Occupation et ce jusqu’à sa mort en 1944. Sa ville natale et la côte catalane furent donc le théâtre de sa dernière sculpture grandeur nature, Harmonie.

Harmonie, 1940-1944, bronze, H. 1,62 m, Paris, Fondation Dina Vierny – Musée Maillol – © Fondation Dina Vierny – Musée Maillol

Durant cette période, Maillol travaille avec Dina Vierny qu’il avait rencontrée à son atelier de Marly-le-Roi en 1934. Plus qu’un modèle, elle assiste également le sculpteur dans son travail[1]. La jeune femme effectuait de nombreux voyages entre Banuyls, Marseille où elle rendait visite à des artistes réfugié en zone dit libre, Lyon, Paris mais aussi Montpellier où elle étudiait la chimie[2]. Ses nombreux déplacements tout comme sa participation dans l’organisation de réseaux clandestins faisant passer la frontière espagnole aux personnes en exil lui valurent deux arrestations en 1941 et 1943 ainsi qu’un emprisonnement à Fresnes dont elle sortit indemne grâce à l’intervention de Maillol[3].

Dina Vierny, qui servit donc de modèle pour Harmonie, constitue ainsi le principal protagoniste de ces dernières années de guerre que Maillol passa à Banyuls. C’est vers 1940 que le sculpteur décida du projet de cette sculpture grandeur nature, qu’il imaginait différente de ses précédentes créations. L’œuvre s’en distingue effectivement par la recherche nouvelle d’une introduction discrète du mouvement et d’une étude plus étroite du modèle et de la nature[4]. Cette approche inédite l’amena à nuancer sa traditionnelle approche architecturale de la sculpture. Selon Dina Vierny elle-même, le sculpteur obéit à son goût pour les torses en commençant par le modelage de celui de Harmonie mais il tarda à réaliser les bras qu’il n’aimait pas[5]. La mort accidentelle de l’artiste en 1944 intervint avant qu’il ne put terminer et l’œuvre demeura inachevée.

John Rewald, Dina Vierny posant pour la sculpture Harmonie dans l’atelier de Maillol près de Banyuls-sur-Mer, mars 1941, épreuve photographique, Paris Fondation Dina Vierny – Musée Maillol – © Fondation Dina Vierny – Musée Maillol. Droits réservés

En tant qu’œuvre emblématique de ces dernières années de guerre sur la côte catalane, Harmonie, mérite pleinement sa place dans le parcours de l’exposition proposée à Collioure.

Bibliographie :

Aristide Maillol (1861-1944). La quête de l’harmonie, sous la direction d’Ophélie Ferlier-Bouat et Antoinette Le Normand-Romain (cat. exposition, musée d’Orsay, Paris, 12 avril-21 août 2022, Kunsthaüs, Zürich, 7 octobre 2022-22 janvier 2023, musée d’Art et d’industrie – André Diligent, Roubaix, 18 février-21 mai 2023), Paris, Gallimard, 2022.

Isabelle Cahn, Jean-Luc Daval, Bertrand Lorquin, Antoinette Le Normand-Romain, Dina Vierny, L’ABCdaire de Maillol, Paris, Flammarion, 1996.

[1] Cat. Exp. Paris, 2022, « Dina : l’invention de Maillol », Nathalie Houzé, p. 321.

[2] Ibid., p. 321.

[3] Cat. Exp. Paris, 2022, « Dina : l’invention de Maillol », Nathalie Houzé, p. 321.

[4] L’ABCdaire de Maillol, Paris, 1996, « Harmonie », Dina Vierny, p. 66.

[5] Ibid., p. 66

L'Art du Multiple à la Fondation Goulandris à Athènes

Découvrez notre expositions en cours : Chéri Samba, dans la collection Jean Pigozzi

DECOUVRIR
Abonnez-vous à notre newsletter

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Mentions légales | CGU | Données personnelles | Gestion des cookies

Musée Maillol, 2021

Mentions légales | CGU | Données personnelles | Gestion des cookies

Musée Maillol, 2021

Musée Maillol, 2021