À l’occasion de sa réouverture en septembre 2016, le Musée Maillol présente la première exposition d’envergure à Paris consacrée à Ben, figure majeure de la scène artistique contemporaine en France. Rassemblant plus de 200 œuvres issues pour la plupart de sa collection personnelle et de collections particulières, cette rétrospective révèle les multiples facettes d’un artiste iconoclaste et provocateur qui récuse la pensée unique depuis plus de 50 ans. 

Dans la continuité d’une ambitieuse rétrospective dédiée à Ben au Museum Tinguely de Bâle en 2015, le commissariat pour la partie historique de cette exposition au Musée Maillol a été confié à Andres Pardey, vice-directeur du Musée Tinguely, qui présente les débuts de la carrière de Ben avec une sélection d’œuvres-clés des années 1958 à 1978. Pour la partie contemporaine, carte blanche est laissée à Ben, invité à investir les espaces du musée avec ses créations les plus contemporaines, dont certaines seront présentées pour la première fois au public. Vous découvrirez à cette occasion des œuvres inédites conçues spécifiquement par Ben pour son exposition au Musée Maillol et inspirées par les œuvres d’Aristide Maillol conservées dans les collections permanentes de cette institution.

Depuis la fin des années 1950, Ben Vautier (né en 1935), plus connu sous le nom de Ben, dit lui-même : « Je signe tout » – commentant ainsi, par ses images et ses actions, le monde comme un tout. Chaque phrase, aussi brève soit-elle, recèle un immense potentiel de questions capitales sur la vérité dans l’art, le rôle de l’artiste dans la société ou le rapport entre l’art et la vie. Ses écritures couvrent un très large éventail : réflexions intimes ou théories postmodernes sur l’art et jusqu’à l’anthropologie ou la religion. Elles sont le reflet de ses questionnements personnels sur ces thèmes et témoignent d’un esprit critique qui n’hésite pas à remettre en cause tout et tout le monde – y compris son propre ego. Par la manière dont elle mêle les arts, la philosophie et le quotidien, l’œuvre de Ben est unique. À partir des readymades de Marcel Duchamp, Ben perpétue de façon systématique l’idée selon laquelle une œuvre d’art est reconnaissable non pas par sa teneur matérielle mais exclusivement par la signature. 

Cette exposition est réalisée en partenariat avec le Musée Tinguely à Bâle.

Avec le soutien de  

Partager

Le commissariat

BEN, COMMISSAIRE DE LA SECTION CONTEMPORAINE
Ben est l’un des artistes majeurs du XXe siècle, connu pour ses actions et ses peintures. Sa production, à la fois réflexion sur l’art dans ce qu’il a de plus fondamental et intégrant notre quotidien dans ce qu’il a de plus particulier, réussit à faire de la vie un art. Sont ainsi entrés dans son œuvre des univers aussi éloignés du champ artistique que l’ethnisme, l’ego ou la vérité. Ben bénéficie d’une incroyable popularité grâce à ses « écritures » qui allient la plus grande impertinence et la plus grande justesse. Ben, de son vrai nom Benjamin Vautier, est un artiste français d’origine suisse, né le 18 juillet 1935, à Naples (Italie), de mère irlandaise et occitane, et de père suisse francophone. Il est le petit-fils de Marc Louis Benjamin Vautier, peintre suisse du XIXe siècle. Il vit ses cinq premières années à Naples. Après la déclaration de guerre, en 1939, Ben et sa mère vont multiplier les voyages : Suisse, Turquie, Égypte, Italie…, pour enfin s’installer à Nice en 1949. Il étudie à l’école du Parc-Impérial et à la pension du collège Stanislas. Sa mère lui trouve un travail à la librairie Le Nain bleu en tant que garçon de course, puis lui achète une librairie-papeterie.

À la fin des années 1950, il la vend pour ouvrir une petite boutique, dont il transforme la façade en accumulant quantité d’objets et dans laquelle il vend des disques d’occasion. Rapidement, sa boutique devient un lieu de rencontres et d’expositions où se retrouvent les principaux membres de ce qui deviendra l’école de Nice : César, Arman, Martial Raysse, etc. Proche d’Yves Klein et séduit par le Nouveau Réalisme, il est convaincu que « l’art doit être nouveau et apporter un choc ». Au début des années 1960, plusieurs artistes tentent de s’approprier le monde en tant qu’oeuvre d’art. Ben va signer tout ce qui ne l’a pas été : « les trous, les boîtes mystérieuses, les coups de pied, Dieu, les poules, etc. », reliant l’art et la vie, expliquant que tout est art et que tout est possible en art. En 1965, dans son magasin, il crée une galerie de trois mètres sur trois dans sa mezzanine : « Ben doute de tout. » Il y expose Biga, Alocco, Venet, Maccaferri, Serge III, Sarkis, Filliou… Au début des années 1980, au retour d’une année passée à Berlin grâce à une bourse, il rencontre de jeunes artistes (Robert Combas, Hervé Di Rosa, François Boisrond, Rémi Blanchard, etc.), groupe auquel il donne le nom de Figuration Libre.

Très impliqué dans la scène contemporaine, il soutient depuis toujours de jeunes artistes et donne son point de vue sur toute l’actualité, qu’elle soit culturelle, politique, anthropologique ou artistique, dans ses newsletters régulières et prolixes.

Il vit et travaille depuis 1975 sur les hauteurs de Saint-Pancrace, colline niçoise. Les œuvres de Ben sont présentes dans les plus grandes collections privées et publiques du monde, notamment le MoMA de New York, le Walker Art Center de Minneapolis, l’Art Gallery of New South Wales de Sydney, le Museum Moderner Kunst Stiftung Ludwig de Vienne, le MUHKA d’Anvers, le Stedelijk Museum d’Amsterdam, le musée de Solothurn, le musée national d’Art moderne de Paris, le musée d’Art moderne et d’Art contemporain de Nice.

ANDRES PARDEY, COMMISSAIRE DE LA SECTION HISTORIQUE
Andres Pardey est né à Bâle en 1965. Il étudie les sciences de l’art à l’Université de Bâle, il obtient sa licence en 1991 et son diplôme en 1996 sur le récit pictural chez Hans Holbein le Jeune. Il travaille depuis 1995 au musée Jean Tinguely, d’abord en tant qu’assistant universitaire, puis au poste de conservateur depuis 2002 et enfin en tant que vice-directeur depuis 2007. Il participe à la création et à l’ouverture du musée (1er octobre 1996) et à différentes expositions comme : Panamarenko (2000), Daniel Spoerri (2001), Niki de Saint Phalle (2001), Marcel Duchamp (2002), Jean le Jeune (2002), Luginbühl (2003), Three Islands : Richard Stankiewicz, June Leaf, Robert Lax (2004), Eva Aeppli (2006), Niki & Jean, L’Art et L’Amour (2006), Hofkunst (2007), p.s.Pavel Schmidt (2008), Rüstung & Robe (2009), Robert Breer (2011), Krištof Kintera (2014), Ben Vautier (2015). Il participe à l’organisation d’expositions Tinguely à Rotterdam (Kunsthal), Valence (IVAM), Vienne (Kunsthaus) et ailleurs.

Application smartphones et tablettes

 

 

 

 

HORAIRES  

Le Musée est ouvert tous les jours de 10h30 à 18h30. Nocturne le vendredi jusqu’à 21h30.
La librairie-boutique culturelle est ouverte aux horaires du Musée, y compris le dimanche. 

 


TARIFS  

Individuels
Plein tarif : 12 €
Tarif réduit : 10 € (étudiants, porteurs d'une carte d'invalidité, demandeurs d’emploi et porteurs du Pass Education)
Tarif jeune : 5 € (7-25 ans)
Gratuit pour les enfants de moins de 7 ans et les journalistes (sur présentation d’un justificatif). 

Visite guidée pour les 7-10 ans de l'exposition (tous les mercredis, samedis et dimanches à 15h) : 11 € 

Audioguide exposition : 3 € // Dépliant de visite exposition : 1 €
Audioguide collections permanentes : gratuit

Offre Famille
L’entrée est gratuite pour le 2e enfant âgé de 7 à 17 ans, avec 2 adultes plein tarif et 1 enfant payant 

Groupes
Visites uniquement sur réservation : réservez vos créneaux.

 


ACCÈS  

En métro : Lignes 12, station Rue du Bac
En bus : Lignes 63, 68, 69, 83, 84, 94 et 95
En Velib' : Station Boulevard Raspail 

Partager