Partager

Les saisons

Aristide Maillol (1861-1944)

Flore, 1911, bronze
Pomone, 1910, bronze A. Bingen et Costenoble
Le Printemps, 1911, bronze Alexis Rudier
L'été, 1911, bronze

Pourquoi est-ce un incontournable ?

Aristide Maillol réalise ce groupe de sculptures en 1910 et 1911. Ce sont des œuvres majeures de l’artiste car elles ont été exécutées sans modèle, à l’exception de Pomone.

Salle des sculptures grandeur nature

Vers l’âge de quarante ans, Maillol se consacre quasi exclusivement à la sculpture. Le public reconnait son talent et son aura dépasse les cercles de l’avant-garde parisienne.
En 1910, le riche collectionneur Ivan Abramovitch Morozov, lui commande 4 bronzes grandeur nature. C’est ainsi que naîtront Les Saisons. Deux déesses – Flore et Pomone – font face à deux mortelles qui incarnent le Printemps et l’Eté. Flore, vêtue d'une longue tunique drapée, retient quelques fleurs. Le Printemps place sur sa poitrine une guirlande végétale à la manière d'un collier. L'Eté est personnifié par une baigneuse à la chevelure enturbannée qui se sèche au soleil. Cet ensemble montre que l’admiration de Maillol pour la beauté de la femme est évident. Elle devient d’ailleurs le sujet unique de son œuvre.

En détail

Coiffée d'une couronne de fleurs, Pomone tient trois pommes dans ses mains, symbole de la fécondité de la terre et de la féminité.

Le saviez-vous ?

Il existe une opposition entre ces 4 figures : d’un côté les corps sveltes et élancés de Flore et du Printemps, et de l’autre les formes pleines et épanouies de Pomone et de l'Eté. Ce jeu de contrastes correspond à la situation des sculptures dans le salon de musique de Morosov : elles étaient destinées à se faire face, en occupant chaque angle de la pièce.